Intempéries à Madagascar…..

…au moins 26 morts et plus de 47 000 sinistrés…

…. les pauvres d’Akamasoa accueillent les sinistrés

25 Janvier 2022

Depuis environ un mois Madagascar est sous le déluge. La saison des pluies est particulièrement active avec des records de précipitations. Beaucoup d‘infrastructures mal entretenues ont cédé et les trois rivières qui traversent Tananarive sont sorties de leur lits, inondant la capitale. Après avoir payé un lourd tribut a cette montée des eaux avec la mort de 3 jeunes écoliers ( voir l’article du 18 Janvier ) Akamasoa aujourd’hui accueille des sinistrés de la ville basse.

Père Pedro nous écrit : 

« Les familles sinistrées  que nous avons accueillies venant de villages alentours d’Akamasoa comptent 1 687 personnes que nous avons logées provisoirement dans 3 sites différents .Cette nuit les eaux ont beaucoup monté et les pauvres familles ont presque tout perdu. Le village d’Ampasika compte 240 familles accueillies au centre d’accueil.

Les hommes tentent de sauver les animaux qui sont leur seule richesse.

Les enfants viennent chercher un peu de riz à manger.

Les femmes d’Akamasoa font cuire de grandes marmites de riz  dans une cantine improvisée mais il y a la queue !!….

Nous allons les aider. »

Voilà la solidarité des plus pauvres à l’oeuvre .

Merci à tous ceux qui nous donne la possibilité d’être à leurs cotés dans ces pires moments.

Catastrophe à Akamasoa

18 Janvier 2022

« ..Merci  pour votre encouragement. Grâce à toute cette  générosité  des personnes sensibles  à la misère des autres  nous allons aider cette  famille en leur donnant une maison plus sure…. » 

C’est par ces mots que Père Pedro a répondu à notre témoignage de solidarité après la nouvelle catastrophe qui vient de se produire.

En effet, c’est actuellement  la saison des pluies à Madagascar. Après la sécheresse, ce que nous pouvions craindre s’est effectivement produit. Depuis deux semaines la région des hauts plateaux et particulièrement Tananarive reçoit des quantités de pluies de 50 %  supérieures à la normale pour cette saison. Les terrains gorgés d’eau et le délabrement des équipements d’évacuation de l’eau ont crée  une situation de crise. Tana est sous les eaux. Routes et  maisons inondées et beaucoup de glissements  de terrain.

 Près de 10000 personnes sans abris ont pris d’assaut les centres d’hébergement.

Lundi dernier, dans la nuit le déluge s’est à nouveau abattu sur la capitale et c’est un mur de soutènement qui a été emporté par un glissement de terrain ensevelissant une maison de la commune d’Ambohymangakely tout près d’Akamasoa .

Cette maison, comme beaucoup d’autres, construites avec des matériaux de récupération constituait un habitat précaire.

Trois jeunes frères de 10,  14 et 17 ans qui dormaient dans la même chambre et étaient scolarisés à Akamasoa  y ont trouvé la mort .

C’est toute la communauté d’Akamasoa qui est sous le choc et la solidarité s’organise.

Père Pedro a promis à cette famille durement éprouvée de l’aider et de la reloger dans une des maisons en dur du village d’Akamasoa.

Plus que jamais notre aide est précieuse et nécessaire. Merci à tous nos donateurs

Le quartier du Marais Masay de Tana inondé

Le souci écologique à Akamasoa

Le souci écologique à Akamasoa

Dès l’origine, le souci de nettoyer et d’embellir les  villages a été au cœur des préoccupations de père Pedro. Ainsi fut-il décidé de planter, simultanément à la création des villages, une grande forêt juste en bordure de chacun d’eux. 

Ainsi ; chaque année un plan de reboisement systématique est défini. Il concerne tel ou tel village et les écoliers sont mis à contribution pour le réaliser.

Chaque  semaine, à la saison des pluies les élèves sont mobilisés pour planter des arbres puis à la saison sèche pour nettoyer la forêt et embellir les espaces verts.

Par exemple  10 000 arbres ont été replantés en 2020 à Antolojanahary et à Ambohimalaza.

Au total ; depuis son origine Akamasoa a du planter plus de 150000 arbres.

Si aujourd’hui la colline de Manantenasoa  déploie une belle pinède c’est grâce aux efforts constants de reboisement mis en oeuvre dès le début.

Cette pinède (photo) qui est un havre de fraicheur profite à tous. Il n‘est pas rare de voir le dimanche des tananariviens qui viennent y chercher calme et fraicheur.

C’est dans cette même forêt que depuis le début de la pandémie la messe dominicale est célébrée  rendant ainsi une ode à la nature.

Il s’agit de faire prendre conscience à la population et en particulier à la jeunesse d’Akamasoa  que la nature est importante et qu’elle conditionne l’avenir. Leur avenir.

D’où la nécessité de la préserver.

Sécheresse à Madagascar : une catastrophe en perspective.

Madagascar est parmi les premiers pays de la planète à être durement touché par le changement climatique.

Nous avons tous en tête  ces images terribles de la  sécheresse dans le sud et de la famine qu’elle a engendrée.

Mais c’est en fait tout le pays qui est en déficit d’eau  y compris la capitale.  

Les rivières et les réserves sont au plus bas partout.

Les techniciens du ministère de l’Agriculture et de la météorologie en sont réduits à essayer de faire pleuvoir par la technique de pluies  provoquées mais le résultat reste insuffisant jusqu’ici.

Ceci a plusieurs conséquences.

D’abord sur l’irrigation pour l’agriculture. Par exemple la récolte du riz planté en Septembre et qui devait être récolté en Décembre-Janvier  est plus que compromise.

Ensuite sur la distribution d’eau pour les besoins domestiques  avec de nombreuses coupures dans plusieurs communes.  Plus d’eau pour faire cuire  la marmite ou pour assurer le minimum d’hygiène!!

Enfin sur la production d’énergie ( renouvelable celle-là  )  puisque les niveaux d’eau des barrages sont au plus bas et ne permettent plus aux  usines hydroélectriques de produire la puissance  nécessaire. C’est le cas de la centrale  hydroélectrique d’Andekaleka qui alimente Tananarive où de nombreuses coupures d’électricité sont réapparues.

Il a falloir tenir.

Et voilà ce paradoxe : alors que nous rentrons dans la saison des pluies (  certes  sans pluies)  ce qui pourrait être un espoir ;  c’est  la période cyclonique qui s’annonce et  ses potentiels dégâts dévastateurs qu’il faut maintenant redouter .

Une leçon de science naturelle en vraie grandeur où il est démontré que l’eau c’est la vie !!!!

Visite du Ministre de l’Education Nationale malgache

Jeudi 21 Octobre  La Ministre de l’Éducation Nationale de Madagascar, Dr. Marie Michelle Sahondrarimalala a fait une «visite inoubliable » aux 16000 élèves du primaire et du secondaire ainsi qu’aux étudiants de l’Université « Saint Vincent de Paul ». La ministre et sa délégation ont visité les différents établissements scolaires ainsi que les installations sportives. C’est depuis l’esplanade « Pape François » qu’elle adressa quelques mots aux étudiants. Visiblement ravie et émue par tant de joie elle a fait part de son émerveillement au point qu’elle a eu quelques larmes devant  l’accueil de tous ces enfants et ces jeunes si heureux et disciplinés.

La décharge d’Andralanitra brûle

Samedi 16 Octobre un gigantesque incendie s’est déclaré dans la décharge d’Andralanitra , enfumant tous les villages environnants et nécessitant  l’intervention des pompiers .

Il  a fallu 2 jours pour en venir à bout.  

Outre les odeurs pestilentielles qu’elle émet cette décharge qui  jouxte les villages d’Andralanitra et Ambaniala  constitue une menace permanente pour les riverains.

Régulièrement des foyers  se déclarent et selon l’orientation des vents  les habitants du village et les écoliers ont  le choix, entre  les mouches ou les fumées âcres de cette montagne d’ordures.

C’est un véritable scandale sanitaire et écologique .

Depuis 32 ans Père Pedro se bat pour que cette décharge qui a vu naitre Akamasoa soit déplacée mais  elle est  toujours là. Tout au plus a-t-il réussi à la faire clôturer de sorte qu’elle ne s’étend plus. Du coup elle monte !!

Malgré les promesses successives de la déménager, il ne s’est rien passé. 

La dernière date de Mars dernier :  le maire de Tana était venu à Akamasoa et avait promis de s’en occuper. Encore une promesse !!

La rentrée scolaire 2021

le 6 Septembre dernier : rentrée scolaire de l’année 2021-2022

L’opportunité d’étudier au sein des structures d’Akamasoa est une chance pour tous ces enfants qui sont l’avenir de Madagascar. Une nouvelle rentrée n’est jamais la réédition de la précédent. I faut chaque fois relever le défi pour trouver les moyens et les ressources afin d’accueillir toujours plus d’enfants et d’adolescents désireux de s’instruire pour construire leur avenir.

Ce ne sont pas moins de 16 317 écoliers, collégiens et lycéens qui se sont présentés aux portes des établissements d’Antolojanahary, Andralanitra, Manantenasoa et Mahatsara. Parmi ces 4 établissements, il est à remarquer que celui d’Andralanitra est le plus important puisqu’à lui tout seul il accueille 4000 élèves seulement dans les classes de primaire.

C’est certainement l’établissement comptant le nombre d’écoliers le plus élevé dans une seule école et un même lieu, dans l’Océan Indien sûrement et dans le monde entier probablement.

La messe pendant le confinement

Abandonnant le grand gymnase ou s’entassent 8000 personnes chaque dimanche, la prudence a amené Père Pedro à célébrer la messe dominicale soit dans la forêt, soit dans la carrière permettant ainsi de respecter les distances.

ESSAI


Il nous dit : Les dimanches, nous prions dans la forêt d’Akamasoa a côté de la Grotte de La Sainte Famille.
Depuis 10 mois nous n’avons jamais encouragé les enfants, les jeunes ou les adultes à venir prier, ils viennent tous seuls. On sent qu’ils ont besoin de prier et rencontrer Dieu.
C’est très beau de prier au milieu de la nature, on est plus près de Dieu, puisque la nature nous parle du Créateur !
Les bienfaiteurs, ont démontré une fois de plus, que la solidarité entre les Peuples est plus fort que tout virus d’où qu’il vienne. Cela nous donne du courage et de l’espoir !


Célébrations de Noël au « format réduit » Les vacances scolaires à Akamasoa commenceront le 23 décembre…
Il n’y aura pas de fêtes dans les écoles et villages à cause de la pandémie afin de respecter les gestes barrières.
La veillée de Noël commencera à 5 h de l’après midi, à la carrière et il n’y aura pas le traditionnel tableau vivant de la naissance du Jésus-Christ.
La messe de Noël sera dans la forêt derrière de la Grotte de la Sainte Famille.

La crise sanitaire du Covid

La crise sanitaire du Covid 19 a totalement bouleversée le calendrier.

Toutes les manifestations (concert , kermesse, événement solidaire , conférence …témoignage ) organisées par nos fidèles soutiens ont été annulées. Impossible pour le moment d’en prévoir d’autres dans un futur proche. ( 28/03/2020)